Le traitement, composé d’un anti-agrégant plaquettaire, doit être pris en continu afin de réduire le risque d’AVC ou d’infarctus. Des outils existent pour éviter d’interrompre son traitement.

20% des patients interrompent leur traitement

Selon une étude suédoise publiée dans Circulation, 20% des 600 000 patients observés cessent de prendre leur prescription préventive – un comprimé quotidien – dans la première année de leur traitement, tandis que la moitié ne le suit pas correctement.

Cette mauvaise observance a des conséquences dramatiques pour les personnes à risque : sur 74 patients qui abandonnent leur prescription, une personne souffrira d’un AVC ou d’un infarctus dans l’année. Soit un tiers de plus que la normale.

Comme l’expliquent certains chercheurs, cet effet « rebond » est dû au risque important qu’un thrombus ne se forme chez ses patients, et dès que cette molécule vient à manquer, la coagulation augmente plus rapidement chez cette population.”

en savoir plus sur: http://lecrip.org/2018/08/30/arreter-son-traitement-preventif-contre-lavc-augmente-le-risque/